Accueil‎ > ‎

pour se préparer au sacrement du pardon

Afficher l'image d'origine

Préparez-vous pour célébrer le pardon de Dieu

ce mardi 13 décembre à 20h30 !

 

Lecture du livre d’Isaïe 40, 1-11 ( mardi de la 2ème semaine de l’avent)

Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu, parlez au cœur de Jérusalem… Une voix proclame : « Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ; tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu. Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées ! Que les escarpements se changent en plaine, et les sommets, en large vallée !  Alors se révélera la gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche du Seigneur a parlé. »
Une voix dit : « Proclame ! » Et je dis : « Que vais-je proclamer ? »
Toute chair est comme l’herbe, toute sa grâce, comme la fleur des champs :
l’herbe se dessèche et la fleur se fane quand passe sur elle le souffle du Seigneur. Oui, le peuple est comme l’herbe : l’herbe se dessèche et la fleur se fane, mais la Parole de notre Dieu demeure pour toujours.
Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion.
Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem.
Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! »
Voici le Seigneur Dieu ! Il vient avec puissance ; son bras lui soumet tout.
Voici le fruit de son travail avec lui, et devant lui, son ouvrage.
Comme un berger, il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent.


  • Se préparer à la maison :

o   Invoquez l’Esprit saint : « Viens Esprit de sainteté ! Ouvre mon cœur et Guide moi dans l’écoute de cette Parole et donne moi ta lumière».

o   Puis lisez lentement cette Parole de Dieu…relisez la si c’est nécessaire et accueillez les mots,  les phrases, les images qui vous interpellent. Pour vous aider, vous trouverez ci-dessous quelques pistes pour vous préparer à une « bonne » confession !

  •  Quelques pistes pour vous aider

 

  •  Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées

M’arrive t-il de creuser des ravins de discordes ? Suis-je un ouvrier de la paix ou de discorde ? Est-ce que je me pose en juge ou un artisan de fraternité ? Quelle attention je porte aux plus fragiles, aux personnes blessées par la vie, aux exclus. Les ravins de la discorde se creusent avec notre colère, les injures, notre orgueil, notre indifférence, notre suffisance, nos préjugés, notre racisme…

Pardon, Seigneur, pour  ces «  ravins » de la discorde, ces « montagnes d’orgueil » qui paralysent tant de mes gestes fraternels.


  •  « Que les escarpements se changent en plaine, et les sommets, en large vallée ! »

Il est parfois si tentant de suivre les passages tortueux  du mensonge au détriment de la lumière  et de la vérité. 

Pardon,  Seigneur,  pour mes comportements  mensongers. Ils peuvent être multiples dans ma relation à mon conjoint, à mes enfants ou plus largement encore dans le cadre de mes relations professionnelles, ecclésiales, associatives ou de voisinage…

 


  •   « tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu »

Un psaume dit : « les chemins du Seigneur sont droits, ils réjouissent le cœur ; le commandement du Seigneur est limpide, il clarifie le regard ». Les chemins du Seigneur sont limpides ;  ils nous disent simplement : « tu aimeras le Seigneur de tout ton cœur…et tu aimeras ton prochain comme toi-même ».

Bien des choses m’arrêtent et entravent ma liberté d’aimer : l’attachement désordonné aux choses matérielles, à l’argent ; mon souci personnel l’emporte au détriment du bien commun ;  des addictions en tout genre-difficiles à reconnaître (alcool ; jeux ; télé ; sexe ; drogue…) - entravent ma liberté d’enfant de Dieu, favorise le manque de respect, la tiédeur dans mon amour de Dieu et le service des autres ; tout ce temps gaspillé qui aurait pu nourrir ma relation à Dieu et l’approfondir, et ma relation aux autres et l’enrichir.

Pardon, Seigneur, rends moi la joie d’être sauvé ; qu’un esprit généreux me soutienne ; unifie mon cœur pour qu’il craigne ton Nom !

Afficher l'image d'origine« Avec conviction, remettons au centre le sacrement de la Réconciliation, puisqu’il donne à toucher de nos mains la grandeur de la miséricorde. Pour chaque pénitent, ce sera une source d’une véritable paix intérieure. »      pape François