Petit guide de la confession


Mon coeur est bien un peu lourd de remords, de regrets, je suis gêné(e) par mes faux pas... Comment retrouver la paix, la joie, la simplicité dans mes relations aux autres, surtout lorsqu'elles ont été difficiles ?

Et si j'osais entreprendre une démarche de réconciliation fondée sur le pardon de Dieu ? Si j'osais demander à un prêtre de me confesser ?


Voici un petit guide qui peut t'aider à dépasser tes réticences pour vivre la grâce du pardon.

1- Prends un peu de temps, même bref à l’écart en silence (à la maison, dans une église).

2- Commence non pas en regardant ton péché mais en remerciant Dieu de toutes les merveilles dont il t'a comblé(e). Si nécessaire, tu peux prendre un psaume comme le psaume 1 ou 138 (137), ou le 139 (138), ou le 145 (leurs textes sont proposés au bas de cette fiche), ou encore un chant de louange que tu connais. Rends d'abord grâce et loue Dieu.

3- Relis un texte d’Évangile comme celui de Luc 15, 1-32 (le fils prodigue), ou Luc 4, 1-13 (les tentations de Jésus), ou encore Mathieu 5, 1-12 (les béatitudes). Ne plaque pas tes questions ou tes difficultés sur le texte. Note les mots, les expressions qui retentissent en toi...

Heureux ceux qui se savent pauvres en eux-mêmes, car le Royaume des cieux est à eux !

Quelle est ma relation à ce que je possède, à l'argent ? Ai-je le souci de celui qui a beaucoup moins que moi ? Comment est-ce que je partage les richesses que Dieu a déposées en moi : mes relations, mes amis, mes compétences, mes talents, ma foi ? Est-ce que j'accepte facilement de compter sur les autres ?

Heureux ceux qui sont doux, car ils recevront la terre que Dieu a promise !
Heureux ceux qui créent la paix autour d'eux, car Dieu les appellera ses fils !

Est-ce que je construis la paix autour de moi ? Est-ce qu'il m'arrive de blesser le coeur des autres ? Est-ce que j'impose trop facilement mes idées, mes pensées, mes priorités ? Ai-je l'habitude de recourir à la violence physique, verbale, psychologique ? Ai-je assez d'espérance pour croire en la paix et commencer à la construire là où je suis ? Est-ce que je prie pour la paix, dans ma famille, autour de moi, dans le cœur des autres, dans le monde ?

Heureux ceux qui ont pitié des autres, car Dieu aura pitié d'eux ! Heureux ceux qui sont purs en leur cœur, car ils verront Dieu !

Est-ce que je pardonne facilement, sans garder au fond de mon cœur une rancœur secrète ? Est-ce que je donne suite à mes bonnes résolutions ? Suis-je capable de voir en tout homme un frère aimé de Dieu ?

4- On peut écrire ou penser sa « confession » sous la forme d’une prière. Souviens-toi que l’amour dont le Christ nous aime est un amour de pardon. Prends le temps de sentir cet amour de pardon, "n'aie pas peur, laisse-toi regarder par le Christ, laisse-toi regarder car il t'aime" ; l'éclat de son regard donnera tout son relief à ce que tu vis, au plus intime de toi-même, aux zones d'ombre et aux zones de lumière qui t'habitent.

Père,
je voudrais t'offrir mes faiblesses,
non comme une honte,
mais comme un espace où ta grâce peut m'atteindre.
Je voudrais te présenter mes péchés,
non pas comme une résignation,
mais comme une terre altérée
qui a besoin de ton eau bienfaisante.
Je voudrais te présenter mes doutes,
non pas comme la revendication de mon orgueil,
mais comme l'occasion de m'en remettre à toi.


5- Rends grâce dans la prière après le sacrement.